Monpoker.eu
Accueil Monpoker  Accueil  Contact 
Goodies  Règles  Liens 
313 302 messages
9 700 membres
1 081 tournois
344 blogs de poker
Calendrier
Consulte tous nos tournois privés ici !
Déjà $109 387 donnés aux membres Monpoker !
> Voir le calendrier
Top Rooms
PokerStars 18
Partypoker 17
TurboPoker 16,7
PKR 14,7
Everest Poker 13,8
> Lire la suite...
Partenaires
> Toutes les rooms
Tools Poker
statistique pokerCalculette
Poker
Géolocalisation
Carte des avatars
Casinos Poker
Boutique Poker
8 deals MPK
0 tournoi privé
$ de prizepool
1760 casinos
Login   Mot de passe Rester loggé     

  
TOP ROOMS
Partypoker 17/20
BetClic Poker 15,4/20
PKR 14,7/20
Everest Poker 13,8/20
Winamax 13,7/20
PMUPoker 13,1/20
Unibet 12,7/20
Bwin 12,2/20
 

Toutes les dates des tournois MPK

Top Posteurs
gui10 LordMcWinst nico56300 ben007 weeddav
fronk Lolopeche78 amoiamoi Gnark arielus3
decouane februge WaleKinhO ced02071 lorson
cocolitho clashmania jhonnydeep74

 
Tendances MPK
1er 21h buyin call cash chance clapl compte coup dav dimanche dur euros finale flop forum freeroll fronk gagner gl gui joueurs lien lorson main mdr mpk mtt nico niveau out pass passer perf plaisir poker retour river room semaine soirée suite table tapis ticket tickets tournoi vgg winamax youtube
 


 
   Edito
...du 16/9   
 
Fronk de monpoker, alias DDTLa bienvenue sur Monpoker, la communauté qui te fait progresser !

Monpoker.com devient Monpoker.eu, à part ça rien n'a changé !

WINAMAX POKER TOUR !
>Winamax Poker Tour 500 000 EUROS

C'EST ICI !!!

Inscris-toi à Monpoker pour avoir tous les mots de passe et nous rejoindre !

Pour les débutants, toujours plus de nouvelles variantes expliquées et commentées, ainsi que des articles de stratégie :
Les règles du poker

Découvre des règles méconnues à la limite de l'hérésie, bref, fais-toi peur....

FAIS-TOI TON BLOG DE POKER RIEN QU'A TOI SUR MONPOKER !

Starring sur Monpoker:
- le calcul des cotes au poker
- les blogs de poker !!
- les forums
- les articles
- les règles de jeu
- la gestion des résultats de ton club
- les goodies

Il ne te reste plus qu'à nous rejoindre et faire de Monpoker le portail de TOUS les joueurs et joueuses de poker.
Encore une fois, on se répète, mais il s'agit avant tout d'un site COMMUNAUTAIRE. Donc n'hésitez pas à devenir acteur/actrice de la réussite non pas du portail, mais du poker en général ! Soyons la grande famille fédératrice du poker en France.

A tout de suite !

Fronk.



 
Blogs MPK
Top blogs
1. a high, a low and a fish
Derniers posts
Triste forum
C'est quand même triste de voir MPK dans cet état. Mais bon, c'est la vie. Pour la suite du blog, rendez-vous sur WAM : https://www.wam-poke Spoil : je viens de chatter 122 € en faisant ...
6 ans
6 ans, 6 ans sans message sur ce blog. 6 ans sans toucher à un site de poker. 6 ans c'est le temps qu'il a fallut pour que l'omaha8 devienne autorisé en France. Mais hier, j'ai découvert ...
18 hu consécutifs ...
Un petit record perso en Heads Up sur une variante ou j'ai retrouvé du plaisir à jouer :) 18 victoires consécutives ...
Série de 13 don
Sur les mêmes bases que l'année passée, je profite de l'hiver et du mois de janvier pour améliorer un nouveau record perso :) Je fais, même, mon entrée au leaderboard sharkscope avec 13 victoires ...
Je perd
Depuis 8 jours je ne fais que perdre!!!!!!!!!!!!!! de rien!!!!!!!!!!!!! ...
Dernier blog créé
blog de domino6
 

Forum Poker

 Flux RSS
Jeudi
4
jan 07
Article dans l'Express : Le poker rafle la mise
   par Franck Deltour
Le poker rafle la mise
500 000 Français y jouent. En moins de dix ans, ce jeu de cartes est sorti de la marginalité, passant des tripots enfumés aux sites de parties en ligne et aux émissions de télévision à succès. A tel point que l'Etat redouble de vigilance


Pendant les fêtes, les plus heureux ont eu les jetons. Et leur famille ou leurs amis, la peur de ne pas en trouver à temps. Sésame des parties de poker, ces pièces plates en résine, rangées dans des coffrets plus ou moins luxueux, figuraient en bonne place dans les listes de cadeaux. «En un an, on a multiplié les ventes par 20», assure ce vendeur d'un grand magasin. «Par 200, surenchérit la responsable d'une boutique spécialisée. En même temps, on partait de loin.» Pour arriver à un phénomène de société. Aujourd'hui, 500 000 Français jouent au poker. Assidûment pour la moitié d'entre eux, occasionnellement pour l'autre. Le jeu fait l'objet de DVD pédagogiques (Poker Coach, éd. Studio Canal; Poker. Les secrets d'un champion, éd. Sogimage) et de nombreux livres, incite les grandes écoles et les universités, de Sup de co à la Sorbonne, à lui consacrer une association, s'invite au cinéma (du récent Casino Royale au prochain thriller Pars vite et reviens tard), truste le contenu de trois magazines à la santé éclatante - si on en croit Georges Djen, directeur de la publication de Live Poker: «Dès le premier numéro [sorti cet été], tiré à 35 000 exemplaires, les fonds étaient amortis par les publicités de jeux en ligne. Pour le troisième, on est passé à un tirage de 50 000.»
Les mots du jeu

- Cave: somme de jetons du joueur. Celui-ci, quand il n'en a plus, se «recave» (en rachète d'autres).
- Cash game: partie où le joueur peut se «recaver» à volonté.
- Freeze-out: tournoi où l'on ne peut pas se «recaver». Le joueur sans jetons a définitivement perdu.
- Bouton: pastille ronde placée devant le «dealer» (le donneur).
- Blind: «aveugle» en anglais. Désigne la mise forcée que les premier et second joueurs à la gauche du donneur doivent engager pour voir leurs cartes.
- Pot: somme des jetons sur le tapis.
- Flop: les trois premières cartes, communes à tous les joueurs, retournées sur la table.
- Check: annonce du joueur (il peut aussi dire «parole») qui jauge l'action de ses adversaires avant de s'engager.
- Tapis!: le joueur mise tous ses jetons d'un coup.

Comment cette flambée de flambeurs a-t-elle pris? A l'origine, il y a le nas, un jeu importé de Perse en 1820, qui se pratiquait avec une vingtaine de cartes (dont on pourra voir une partie dans le film L'Ile aux trésors, en salles le 31 janvier). Le nombre passe rapidement à 52 et le jeu est rebaptisé poker (de pochen, «frapper» en allemand), de l'autre côté de l'Atlantique. Des saloons du Far West aux arrière-salles de tripots, il demeure longtemps mal vu. Il ne sort de la marginalité qu'à la fin des années 1990, quand Steve Lipscomb, producteur d'émissions de télé, et Lyle Berman, joueur richissime, créent le World Poker Tour (WPT), un championnat international diffusé sur les écrans américains. 10 millions de téléspectateurs plus tard, les chaînes concurrentes se mettent au diapason, les tournois se multiplient, les sites Internet pullulent. La France n'échappe pas à la contagion.

Il y a deux ans, Patrick Bruel, acteur, chanteur, accessoirement champion du monde de poker en 1998, et Bruno Fitoussi, président de VIP-Gaming, société de conseil pour des casinos comme le Bellagio, à Las Vegas, persuadent Canal de diffuser le WPT. 200 000 curieux sont au premier rendez-vous, en 2005, plus du double en 2006. «Le programme génère même des abonnements!» s'étonne une responsable de la chaîne cryptée. Paris Première embraie et lance Le Tournoi des as, des vedettes s'affrontent sous l'oeil des caméras (voir l'encadré "People au tapis"). Les audiences grimpent. Le bouche-à-oreille aiguise les envies. L'engouement finit par toucher toutes les couches sociales, tous les âges et les deux sexes. «Au côté convivial s'ajoute le plaisir de se faire peur, témoigne Patrice, joueur amateur et chef de projet chez France Télécom. L'incertitude provoque une montée d'adrénaline. Pour une centaine d'euros dépensés (ou gagnés) dans la nuit, on vit des sensations uniques.»

Ainsi, dans des milliers de foyers, les dîners entre amis sont remplacés par des soirées poker, les salles à manger se transforment en cercles privés, avec la table recouverte d'un tapis vert, de jetons, sans oublier le bouton du «dealer» (voir l'encadré "Les mots du jeu")... «Le poker possède une dramaturgie très cinématographique, déclare le journaliste et joueur averti Philippe Dana. C'est Le Kid de Cincinnati revisité à Garges-lès-Gonesse!»

«On met son intelligence au service du mensonge»

Le succès est également dû à la simplicité du jeu. De toutes les formes de poker, celle des compétitions, le Texas hold'em (de l'anglais hold them: «tiens-les»), est la plus accessible aux néophytes: de 4 à 10 joueurs ont chacun 2 cartes en main, tandis que 5 autres, communes pour tous, sont successivement retournées sur la table. Celui qui a la meilleure combinaison (paire, brelan...) emporte le pot. «Le hold'em est facile et spectaculaire à la fois, explique le journaliste Michel Abécassis, champion du monde sur Internet en 2002. Même devant sa télé, on reste subjugué par 10 gars assis autour d'une table! Pas besoin d'effets de réalisation: les cartes se chargent de tout.»

La façon de miser des joueurs assure aussi le spectacle. Logiquement, la somme engagée correspond à la valeur que le compétiteur donne à sa «main». Mais celui-ci peut bluffer. Dès lors, il doit être fin psychologue et bon comédien. «Ce jeu porte en lui les principes de son débordement, comme le bluff, estime l'anthropologue Jean-Didier Urbain, spécialiste des loisirs. Avide de transgression, on est heureux de mettre son intelligence au service du mensonge.» Corollaire de ce concours de dupes: chacun se croit toujours plus malin qu'il ne l'est. «Les règles s'apprennent en deux minutes; la pratique s'acquiert sur toute une vie», prévient Patrick Bruel.
People au tapis

Hier cow-boys poussiéreux, les VRP du poker sont désormais de fringantes personnalités. Invitées au Tournoi des as, sur la chaîne Paris Première, la plupart d'entre elles n'avaient jamais touché un «flop» (cartes sur le tapis) de leur vie. Comme les humoristes Omar Sy et Bruno Salomone, et l'animatrice Virginie Efira, parvenus en finale après avoir éliminé d'authentiques champions. Ils ont pris goût au jeu et rejoint les soirées mensuelles, très prisées, de l'Aviation Club de France (ACF), à Paris. Parmi les habitués: le comédien Gaspard Ulliel, le chanteur Christophe, le producteur Eric Altmayer, l'actrice Alice Taglioni, ou Bruce Toussaint (Canal ), qui a passé le week-end du Jour de l'An avec femme et amis à jouer au poker. D'une vingtaine il y a un an, le nombre des fidèles aux soirées de l'ACF est passé à une bonne centaine. Certains s'invitent les uns chez les autres, pour prolonger le plaisir. Leur «cave» (investissement de départ) n'est pas à l'aune de leurs comptes en banque: 40 euros maximum. Mais rien ne les empêche de se «recaver» (réinvestir, donc) autant de fois qu'ils veulent, comme le font souvent le producteur Thomas Langman ou l'animateur Arthur.

Or, si tout le monde peut bien jouer, tout le monde ne peut devenir champion. Pour une partie entre amis, on prévoit les bières et des en-cas. Pour un tournoi ou une compétition, on prépare son corps. «On joue douze heures d'affilée pendant trois ou quatre jours, raconte Patrick Bruel. Une préparation physique est indispensable pour garder une grande force mentale, une certaine lucidité et une fraîcheur de raisonnement. Moi, je fais du sport, je vais au sauna, je gère mon alimentation.» Peu nombreux il y a dix ans, ces joueurs aguerris sont désormais légion, et de plus en plus jeunes. Internet a changé la donne et le public concerné. Si la présence féminine n'excède pas 10% dans les salles officielles, elle dépasse 40% sur Internet. «La Toile est comme un simulateur de vol, prévient Bruno Fitoussi (Vip-Gaming). Il y manque l'essentiel: le regard de l'adversaire.» Reste que des amateurs peuvent gagner, via des concours en ligne, un droit d'inscription pouvant atteindre 10 000 dollars, pour un championnat quelconque, et empocher à l'arrivée jusqu'à 12 millions de dollars. Le rêve américain.

«C'est bien plus efficace qu'un stage de saut à l'élastique»

Pascal Perrault, bien qu'issu de la «vieille école» (47 ans, dont 33 de poker), n'est pas loin d'atteindre ce rêve. Propriétaire d'une pharmacie à Paris et champion d'Europe en 2000, il est désormais sponsorisé par un site. «Il y a quelques années, des amis critiquaient ce hobby. Aujourd'hui, les mêmes m'appellent pour solliciter mes conseils.» Du coup, Perrault donne également des cours, au sein de la Caponga Poker School, qu'il a créée au Brésil. Outre les vacanciers, il vise surtout les entreprises: «C'est bien plus efficace qu'un stage de saut à l'élastique! Le poker est une source d'enseignements pour les cadres: contrôle de soi, prise de décision, relations humaines...»

La loi, elle, n'est pas si enthousiaste. Le 30 novembre, l'Assemblée nationale a adopté quatre amendements contre les jeux en ligne, dont un permettant à l'administration fiscale d' «interdire, pour une durée de six mois renouvelable, tout mouvement ou transfert de fonds en provenance des personnes physiques ou morales qui organisent des activités de jeux, paris ou loteries», jugés illégaux en France. Une décision qui soulage Armelle Achour, créatrice de l'association SOS Joueurs: «Tous les jeux d'argent laissant le joueur à proximité du lieu de ses paris présentent un risque de dépendance. Sur Internet, la personne est en tête à tête avec son ordinateur, le danger est encore plus grand.»

Les internautes organisent déjà la résistance, via une pétition intitulée «Libérez nos jetons!» et un blog virulent, Laisseznousjouer.com. Michel Abécassis, responsable éditorial du site anglais Winamax.com, s'insurge: «L'argument moral consistant à dire qu'on peut devenir accro au poker ne tient pas. Sinon, pourquoi continuer à autoriser le Rapido? Le poker n'est pas qu'un jeu de hasard, comme la loi le prétend.»

Plus nuancé, Patrick Bruel a participé à l'élaboration d'un site gratuit, Wam-Poker, agrémenté de conseils pédagogiques: «J'ai contribué à changer l'image du poker en France. Je m'évertue désormais à transmettre une certaine autodiscipline. Que des mômes passent leurs nuits à jouer, au détriment d'autres activités, c'est nul. Qu'ils usent de la Carte bleue de leurs parents, c'est inadmissible.»

Pour les policiers des Renseignements généraux (RG), il n'y a pas d'équivoque: toute partie jouée en dehors d'un cercle ou d'un casino est illégale. «Les parties privées sont tolérées, précise toutefois Dominique Bertoncini, commissaire aux RG. Sont interdites celles où un organisateur prélève un pourcentage.» Et ce, même si ses intentions sont louables, telle l'association niçoise Riviera Poker Club, verbalisée parce qu'elle organisait un tournoi en plein Téléthon, alors qu'elle était décidée à reverser tous les gains à l'Association française contre les myopathies.
Pots et impôts

Si le poker vous rapporte, dans l'année, plus de 7 633 euros, vous devez apposer le montant sur votre déclaration d'impôts, dans la case «bénéfice non commercial» (BNC). «Là les prostituées inscrivent leurs émoluments, ironise un avocat fiscaliste. Tout revenu, dès lors qu'il est substantiel, est taxable, quelle que soit sa provenance.» Si vos gains proviennent d'un site Internet, c'est beaucoup plus simple: vous n'aurez bientôt rien à déclarer, puisque «tout flux financier en provenance de sites inventoriés par l'Observatoire des jeux d'argent liés aux nouvelles technologies devra être bloqué par les banques», rappelle Dominique Bertoncini, commissaire aux Renseignements généraux, citant la loi qui devrait être votée sous peu.

«Le poker devient la Maïzena des casinos»
Le monopole d'Etat est une affaire sérieuse. Et le poker en est une bonne. De trois tables en 1995, l'Aviation Club de France (le plus ancien et réputé cercle parisien) est passé à une quinzaine, qui affichent souvent complet. Mais, devant la demande croissante de joueurs et l'offre limitée de lieux «autorisés», le ministère de l'Intérieur a concédé aux casinos, à titre exceptionnel l'été dernier, à titre officiel d'ici à quelques semaines, le droit d'accueillir les amateurs de cash games (voir l'encadré "Les mots du jeu"), qui doivent reverser entre 3 et 5% de leurs gains à l'établissement. Le pourcentage, bienvenu pour payer croupiers et surveillants, est accessoire aux yeux des casinotiers. «Maintenant que les jeux de table sont accessibles sans taxe d'entrée, le poker devient la Maïzena des casinos, reconnaît Patrick Partouche, président du directoire du groupe Partouche et producteur du Tournoi des as. Il permet de mélanger l'huile et l'eau: aux joueurs traditionnels vont s'ajouter ceux d'Internet. On va enfin créer une nouvelle clientèle.» Avec, toutefois, un contrôle accru des amateurs de poker, systématiquement enregistrés par le personnel Partouche sur un fichier annexe: «Cela permet de surveiller les flux et d'empêcher les petits malins de venir en bande pour pigeonner des néophytes.»

Ces propositions pleines de bonne volonté ne remplaceront pas le plaisir d'une partie entre potes. En trente ans de poker, Bruno Fitoussi dit avoir croisé «une dizaine de personnes qui se sont ruinées, une centaine qui ont fait fortune, et des milliers qui s'amusent encore». Le million de Français est pour bientôt. Les fabricants de jetons ne sont pas près d'aller au tapis.

___

Sources : l'Express, 2/1/07

Au moins, on parle du poker Wink
Réagir à cette news (0 commentaire) 
Jeudi
21
déc 06
Article dans l'Expansion sur le poker
   par Franck Deltour
Poker : la passion du bluff

Autour du tapis vert, ils passent des nuits à se jauger et à se mesurer, cartes en main. Plus pour le plaisir de gagner que pour l'argent.


Je cherche la montée d'adrénaline, l'excitation cérébrale et physique », annonce d'entrée Franck. Comme lui, ils sont des milliers à avoir attrapé le virus du poker, qui prend aux tripes au point de devenir une obsession. Aux Etats-Unis, des émissions de télévision quotidiennes et les retransmissions des finales des grands tournois attirent plus de 15 millions de téléspectateurs réguliers, et la partie à 10 millions de dollars est l'une des cartes maîtresses du dernier James Bond, Casino Royale.

En France, la passion pour le poker doit beaucoup à Canal +, qui a commencé à diffuser le World Poker Tour en 2005, avec une émission test animée par Patrick Bruel et par le journaliste sportif Denis Balbir. Devant le succès obtenu, l'émission est passée hebdomadaire en septembre 2006. Bruel, lui-même champion du monde de poker en 1998, vient de publier un DVD de perfectionnement (voir ci-contre). Plongée dans les arcanes du bluff et du full.

Vendredi, 20 h 30, dans une rue des Hauts-de-Seine. Ce soir, tournoi de poker entre copains chez Sylvain [...]. Joueur amateur régulier, il réunit tous les mois quelques dizaines d'amis et de connaissances [...]. Les plus anciens de ce cercle, qui compte 80 membres, ont commencé il y a cinq ans. Aujourd'hui, le repaire affiche complet. « Nous n'acceptons plus de nouveaux entrants, hormis quelques amis de temps en temps. Car nous voulons préserver un esprit convivial. Nous essayons aussi de terminer vers 4 heures du matin, alors qu'un tournoi où il y a trop de monde peut finir à 8 heures ou plus », explique Sylvain. Pizzas, bières, rock jusqu'à 21 heures, puis place au jeu. Les tapis verts sont déployés, les jeux de cartes posés sur les tables et les jetons distribués. Mais personne ne perdra plus de 20 euros, le ticket d'entrée à la soirée.

Bonne condition physique exigée

Pas question pour autant de s'asseoir à la table de son choix : les places sont attribuées par un ordinateur. En quelques minutes, l'ambiance s'emballe. Un joueur est éliminé pour avoir misé malencontreusement son « tapis » (la totalité de ses jetons). Applaudissements autour de la table. Les autres joueurs se retournent : « Y a-t-il eu relance ou direct tapis ? » jargonne Alexis [...]. Sa défaite digérée, le joueur s'excuse d'avoir fait « n'importe quoi ».

« C'est un jeu qui demande énormément d'attention, témoigne Franck. Si la fatigue arrive pendant une partie, on peut faire une grosse bourde et perdre tous les gains accumulés. » Cela peut sembler paradoxal, mais rester assis huit heures d'affilée en supportant la tension nerveuse d'un tournoi suppose une bonne condition physique.

L'ambiance est de plus en plus électrique, les joueurs sont de moins en moins nombreux. Le jeu se tend, les mises augmentent, ce qui n'empêche pas les « survivants » de se chambrer. Ça bavarde et ça plaisante de tous côtés, mais toujours en parlant technique et tactique de poker. Un joueur remporte une belle main et se lamente : « Quel dommage de ne ramasser que 100 euros pour une couleur ! » Les autres approuvent, soulagés de ne pas avoir perdu trop d'argent sur cette donne. Quant aux perdants, ils continuent de jouer à une table voisine.

« Le poker, c'est un combat intellectuel et psychologique », résume Alexis. Surtout dans la variante actuellement en vogue, le Texas hold'em, véritable jeu de stratégie, comme le bridge ou le backgammon. De l'aveu de nombreux joueurs, le but ultime n'est pas de gagner de l'argent mais de se dépasser en affrontant des joueurs plus forts que soi. « Battre quelqu'un, le bluffer, le forcer à se "coucher", me procure plus de plaisir que de remporter la mise », ajoute François.

La chance n'a là qu'une petite place

« Les neurones s'activent, le cerveau s'électrise, c'est une affaire de sensations fortes, soudaines et brutales avant d'être une histoire de gros sous », continue Franck. « C'est un travail d'enquête sur les autres et de patience. J'ai l'esprit de compétition et j'aime "mettre à mort" mon adversaire, aller au bout de moi-même », renchérit Jean-Marc.

Pour bien jouer au poker, il faut être sérieux. La chance n'est pas un facteur clef de réussite. Une bonne connaissance des probabilités permet d'utiliser sa main au mieux. En parallèle, il faut être psychologue, reconnaître et interpréter les signes des autres, se maîtriser tout en intimidant son adversaire.

Mais attention : risque sérieux d'accoutumance ! Mettre le doigt dans l'engrenage peut conduire à y laisser son emploi du temps, voire sa santé. Ludovic ne joue plus sur Internet pour ne pas sombrer dans le poker à plein-temps. Il se réserve pour les parties entre amis. Pour lui, « le poker en ligne occulte tout un pan de la dimension psychologique qui fait l'intérêt du jeu sur table ».

Pour Alexis, jouer sur le Net ne peut être qu'un entraînement ou une façon de gagner de l'argent. « Mais, au vu des heures passées, on ne gagne pas tant que ça », plaisante-t-il. Marianne, elle, s'interdit de jouer sur le Net. Le fait d'être la seule femme en lice ce soir-là ne la dérange pas. « Il arrive qu'on soit quatre femmes, mais le principal, c'est de jouer, et si possible de battre les hommes de temps en temps... »

___
Edition de janvier 2007
Réagir à cette news (0 commentaire) 
Jeudi
21
déc 06
Bruel chez les RG !
   par Franck Deltour
Bruel entendu par les RG pour ses liens avec un site de poker en ligne

PARIS (AFP) - Le chanteur Patrick Bruel a été brièvement entendu mercredi à la Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG) dans le cadre d'une enquête sur un site internet de poker en ligne, a-t-on appris jeudi de source policière.
La DCRG a été chargée de vérifier si le site Winamax, auquel le chanteur prête son image, est en infraction avec la législation en vigueur, a-t-on précisé confirmant des informations de France-Soir et du Parisien/Aujourd'hui.

Selon la législation, le poker avec mises d'argent n'est autorisé que dans la quinzaine de cercles de jeux français et prochainement dans les 193 casinos.

La DCRG s'est lancée dans une traque aux jeux en ligne pour beaucoup d'entre eux payants, selon la même source.

Le chanteur, passionné de poker, a été entendu durant "deux trois heures sans mesure coercitive" telle une garde à vue. Depuis février 2005, Patrick Bruel commente les tournois américains de poker diffusés par Canal +. Le chanteur, qui porte le mythique bracelet de champion du monde de poker obtenu lors d'un tournoi en 1998, a popularisé ce jeu par ses commentaires. Il vient de lancer un DVD "Poker coach" et une mallette d'initiation avec les règles, la stratégie et la "gestion de ses émotions".

Le succès du poker en France,, selon les spécialistes, plusieurs centaines de milliers de joueurs sont dénombrés, doit également beaucoup au développement du haut débit sur l'internet français permettant d'accéder aux centaines de sites spécialisés qui se rémunèrent en prélevant un pourcentage de 5 % sur chaque mise. Le leader inconstesté du marché, le britannique Party Gaming, annonce sur son site (www.partygaming.com) que les joueurs ont déposé sur son site 2,7 milliards de dollars en 2005.

Le projet de loi Sarkozy sur la prévention de la délinquance, adopté début décembre en première lecture à l'Assemblée, prévoit un durcissement de la lutte contre les jeux d'argent illégaux sur internet. Il déjà provoqué le lancement d'une pétition "Libérez nos jetons" et d'un blog (www.laisseznousjouer.com).

jeudi 21 décembre 2006, 12h13

______________

Une véritable chasse aux sorcières ! Ca me mets hors de moi...

Fronk.[/i]
Réagir à cette news (0 commentaire) 
Vendredi
15
déc 06
Article dans libé vendredi 15/12
   par Franck Deltour
Joueur, Patrick Bruel se fait le prosélyte de la déferlante poker venue des Etats-Unis. Présentateur d'une émission dédiée au jeu sur Canal +, il prête son image à un site spécialisé, attendant que les jeux d'argent en ligne soient autorisés en France.
Par Cédric MATHIOT
QUOTIDIEN : vendredi 15 décembre 2006

C'est bien le moins qu'on attend de l'ambassadeur du poker : des valises sous les yeux et l'air embrumé d'avoir joué tard la veille. Comme souvent le lundi soir, Patrick Bruel a joué au poker. Et, comme beaucoup de mardis matin, il a la mine fatiguée. La rumeur dit du chanteur qu'il est un habitué des plus grosses parties privées de Paris. «On y croise quelques people. Il n'y a pas de joueurs pros, mais on y gagne et perd de très grosses sommes d'argent», affirme un connaisseur des cercles de jeu de la capitale. Au fond de son fauteuil, Bruel refuse de donner trop de détails. «J'ai joué au Cercle Haussmann jusqu'à 2 heures... et ça s'est très bien passé. Mais je ne parle pas des gens avec qui je joue. Et je ne parle pas de ce que je gagne, sinon je serais obligé de parler de ce que je perds», élude-t-il.
En revanche, du poker en général, Bruel parle volontiers. C'est même devenu une seconde raison sociale. L'ex-chanteur à midinettes a un nouveau job : tête de gondole de la déferlante poker qui a gagné la France. On estime qu'entre 200 000 et 400 000 joueurs français s'adonnent aux joies du bluff. Bruel y est pour beaucoup : l'émission de poker qu'il présente sur Canal + cartonne et a fait tache d'huile sur le PAF (Paris Première, RTL9 et Eurosport diffusent du poker. TF1 et Direct 8 veulent s'y mettre). En octobre, le chanteur faisait la une de Live Poker, un des deux magazines de poker lancés cette année. Bruel prête aussi sa bobine à Winamax, un site de poker en ligne. Et, fin novembre, il a sorti son DVD : Poker coach avec Bruel. Il y enseigne les bases de la stratégie, et y expose fièrement le bracelet de champion du monde de poker, remporté en 1998, qui fonde sa légitimité. «Quand on joue à Vegas avec le bracelet au poignet, les joueurs vous regardent différemment», dit-il.
Ce titre est parfois contesté. A tort. En 1998, Bruel a bien gagné un des 30 tournois annuels du WSOP (World Series of Poker, le circuit pro historique). Il n'a pas gagné le principal tournoi ­ dit «main Event» ­, mais seulement deux Français ont glané un bracelet comme le sien. Les spécialistes sont d'accord : s'il n'est pas au top niveau, «parce qu'il ne joue pas autant que les meilleurs» (dixit un pro), Bruel est un «très bon joueur». Chaque année depuis 1994, le chanteur comédien agence son emploi du temps pour pouvoir s'évader vers Las Vegas à la saison des championnats du monde, même si, depuis qu'il «a une famille», il doit se contenter de partir «quinze jours maximum». C'est lors de ses pèlerinages dans le Nevada que Bruel a progressivement pris la mesure du «phénomène» poker.

Le triomphe de M. Moneymaker

Depuis 2002, le poker ­ dans sa version dite du Texas Hold'Hem (1) ­ s'est imposé comme une mode mondiale, en partant des Etats-Unis. C'est par la Toile que la planète a attrapé le virus. Le développement des sites de jeu a permis de toucher le plus grand nombre, le poker supplantant parfois le jeu vidéo chez les jeunes. Poker virtuel et monde des casinos se sont ensuite rejoints, quand les tournois organisés sur le Net ont permis de se qualifier pour les plus gros événements de Las Vegas.
En 2003, un conte de fées à l'américaine a permis de célébrer cette union : Chris Moneymaker, un comptable du Tennessee, a remporté la principale épreuve du WSOP (empochant 2,5 millions de dollars) après s'être qualifié sur l'Internet moyennant un ticket d'entrée de 40 dollars. Moneymaker, au nom prédestiné («faiseur d'argent»), est devenu une célébrité outre-Atlantique, et une pub vivante pour l'industrie du jeu en ligne : la preuve que la fortune peut être au bout du tapis pour le quidam. C'est à cette période que les télés ont commencé à retransmettre des finales des gros tournois parfaitement mises en scène, fabriquant et popularisant des stars du jeu.
Aux Etats-Unis, les meilleurs joueurs, comme Phil Ivey ou Doyle Brunson, sont les nouveaux people. Avec ce supplément d'âme qu'on prête à ceux qui sont capables de risquer leur chemise sur un coup de bluff. Plusieurs chaînes de télé diffusent du poker en continu. La dernière émission à la mode : High Stakes («Gros enjeux») : des parties d'argent où se perdent et se gagnent des montants colossaux. Mais le baromètre de la folie planétaire, c'est le main Event de Las Vegas, le plus gros tournoi du WSOP. Depuis trois ans, le nombre de participants (10 000 dollars les droits d'entrée) grimpe en flèche, comme les gains. La dernière édition a rassemblé 9 000 joueurs, dont une bonne part venue de l'Internet. Le vainqueur est reparti avec 12 millions de dollars. En spectateur et acteur privilégié, Bruel n'a rien raté de cette inflation, jusqu'à ce que l'idée lui vienne de l'importer dans l'Hexagone.

2,5 millions de pages vues par mois

Fin 2004, alors que le poker est encore inconnu du grand public en France, Bruel fait le tour des chaînes de télé. Il a sous le bras les droits des émissions du World Poker Tour (WPT, le second circuit pro américain), négociés quelques mois plus tôt pour pouvoir diffuser un programme à sa main, débarrassé de scories du folklore américain (bimbos, billets verts qui tombent du ciel) et présenté davantage comme un sport, selon la conception qu'il a du poker. TF1, M6 et Canal + sont contactés. La chaîne cryptée dit banco. Bruel coproduit et anime. Le lancement, en février 2005, est un succès immédiat, l'audience moyenne se situe à 400 000 téléspectateurs, dont 30 % de femmes. Une performance pour un programme crypté de deuxième partie de soirée. «L'émission, qui a été diffusée à peu près en même temps que celle d'Eurosport, a été un détonateur pour le poker, dit Laurent Dumont, responsable de Clubpoker.net, principal site spécialisé, qui a subitement vu grimper la courbe de fréquentation de son site. En janvier 2005, j'en étais à 300 000 pages vues par mois. En juin, c'était 650 000. En janvier 2006, on en était à 1 200 000. Aujourd'hui, c'est 2 500 000.» Pour Michel Palmieri, qui a collaboré au lancement du magazine Live Poker, «Bruel a eu un magistral coup de pif comme il en a souvent. Ce type a quand même réussi à trouver un groupe au coeur de l'Amazonie et à en faire le numéro 1 des charts». L'anecdote est vraie. Le chanteur-comédien était au Brésil en 1996 pour le tournage du film le Jaguar. Il y a dégotté le groupe Carrapicho, «dans un rade perdu au milieu de Manaus [ville du Brésil, ndlr] ». La chanson, produite par Bruel, fut le tube de l'été 1997 et numéro 1 des ventes en France, au Brésil et dans des dizaines d'autres pays. Modeste, il nuance : «Un homme d'affaires fait beaucoup d'argent avec de l'argent. Moi, je fais de l'argent avec des bonnes idées.» Et, à propos du poker, des idées, il en a plein.

«Assis sur des montagnes de cash»

Bruel a ainsi fait déposer par un avocat la marque PokerTV. Il a lancé avant Noël son DVD (qui se vend aussi en version luxe avec une mallette de jetons). Mais, surtout, Bruel, qui ne connaissait rien au monde de l'Internet («J'ai un mail depuis un mois, ma femme se moque de moi. Je ne savais même pas ouvrir l'Internet il y a trois mois») et concède jouer «très peu au poker en ligne», a su forcer sa nature pour se placer sur le Web. Car c'est là que se joue aujourd'hui le business du poker, à condition de savoir se faufiler entre les barbelés juridiques. Environ 400 sites proposent de jouer en ligne. Il suffit d'une carte bancaire. Le modèle économique de ces sites assure aux plus gros des revenus plantureux : une commission de 5 % prélevée sur toutes les mises des joueurs. «Les plus gros sites sont assis sur des montagnes de cash. Les géants du secteur attirent 130 000 joueurs en simultané», affirme Kleber Dreyfus, responsable de Poker Académie, une école de poker en ligne.
Les sites ciblent certains marchés... dont la France. En dépit de l'interdiction de toucher au monopole de la Française des jeux et du PMU sur les jeux et paris en ligne, quelques «maquisards» (comme se baptise l'un d'eux) attaquent frontalement l'Hexagone (page d'accueil en français, organisation de tournois en France, sponsoring de joueurs français) de l'étranger. Les plus actifs : Poker 770 (qui a gravité dans le giron du groupe Partouche), les Israéliens de Titan Poker, les Canadiens d'Everestpoker ou Upper Class Poker.
En avril 2006, un nouveau site émerge, Winamax, basé en Angleterre, avec Patrick Bruel en porte-drapeau. Les téléspectateurs de Canal + ont pu voir plusieurs fois le chanteur faire de la retape pour Winamax. Sur Winamax, on peut jouer contre Bruel (des tournois offrent un bonus à celui qui éliminera le chanteur, sous son pseudo P14B), jouer avec Bruel (les vainqueurs d'un tournoi se voient offrir une place dans le team Winamax pour disputer une compétition aux côtés de la star), découvrir les conseils de Bruel, etc. «Le battage qui a été fait autour de lui a eu son effet : le grand public qui découvre le jeu joue souvent sur Winamax», affirme un professionnel.
La rumeur a couru au moment du lancement du site que le chanteur y était associé. Il dément : «Plusieurs sites m'ont proposé de prendre des parts. Je me suis posé la question, j'ai pris conseil auprès d'avocats et je n'y suis pas allé. C'est illégal. Et moi, je ne fais rien qui ne soit pas carré, je ne suis pas un malade mental. Le poker m'amuse, mais ce n'est pas ma source de revenus principale.» Bruel n'est donc lié à Winamax qu'à travers un «contrat d'image», dont le montant est «confidentiel». En revanche, Bruel concède s'être associé à un habitué des success-storys sur l'Internet, le fondateur de Meetic, Marc Simoncini. Tous deux ont créé en septembre WAM-Poker, un portail de poker 100 % gratuit, donc 100 % légal. Avec une idée derrière la tête : «On crée du trafic, une communauté, de manière à être prêts à lancer un site de jeu quand la loi les légalisera», dit Bruel. Le choix de la sagesse.
Pourtant, les passerelles entre WAM et Winamax sont nombreuses. Au-delà du fait que l'acronyme WAM rappelle fortement Win A Max, le site WAM-Poker a des petits airs d'antichambre du site de poker en ligne. Un simple message sur le forum de WAM vaut à l'internaute une inscription sur un tournoi gratuit sur Winamax, et une découverte du site au passage. Plusieurs liens et sujets d'actualité renvoient à Winamax. Et les rubriques «actualités» des deux sites sont en tout point semblables. Cette proximité pourrait bien provoquer quelques tracasseries pour les intéressés, alors que les RG entendent appliquer avec zèle la ligne du tout-répressif choisie par les pouvoirs publics sur les jeux d'argent en ligne. Fin novembre, les députés ont voté deux amendements : l'un prévoit (comme cela vient d'être fait aux Etats-Unis) d'empêcher la perception des gains en ligne par les joueurs, l'autre renforce les sanctions en cas de publicité pour les sites de jeu. Les annonceurs sont donc sur la sellette, et, parmi eux, Bruel, homme-sandwich de Winamax. A qui la direction centrale des Renseignements généraux pourrait suggérer prochainement de rentrer un peu dans le rang.
(1) Deux cartes par joueurs, les cinq autres sont communes et découvertes.

___
Pour infos Monpoker, ce sont 30000 pages vues par mois avec une explosion depuis juillet avec une croissance de 80% par mois... Aucune comparaison avec clubpoker, même pas pour les fonctions proposées............


Fronk.
Réagir à cette news (11 commentaires) 
Mercredi
13
déc 06
Poker dans le Télégramme de Brest
   par Franck Deltour
J'ai trouvé ça un peu par hasard. Ca se trouve, sur leur site web il y avait l'article en mode texte, mais je n'ai pas le temps de vérifier.


Réagir à cette news (1 commentaire) 
Mardi
12
déc 06
Les RG veulent mettre le poker hors jeu
   par Franck Deltour
La police traque les parties clandestines, en vogue notamment sur le Net.

Gare, les RG sont de la partie. Alors que la France s'est prise de passion pour le poker (entre 200 000 et 400 000 Français joueraient, une bonne partie sur le Net), les renseignements généraux ont décidé de muscler leur réponse face aux «dérives constatées». Jeudi, une dizaine d'officiers de la section judiciaire des RG ont déboulé dans un club de bridge toulousain qui organisait clandestinement une partie de poker. Une centaine de personnes y tapaient le carton. «Ce soir-là, les mises n'étaient que de 30 euros, mais dans la semaine, certaines parties étaient organisées avec des mises de 150 euros, affirme le commissaire divisionnaire Dominique Bertoncini, patron de la section judiciaire de la DCRG (Direction centrale des renseignements généraux). Le week-end dernier, les RG ont aussi, «par souci de prévention», tenté de dissuader l'organisation de deux tournois de poker, à Nice et à Lyon, au profit du Téléthon. «La nature caritative ne change rien à l'affaire», assène-t-on à la DCRG qui a la ferme intention de circonscrire le poker dans les seuls lieux où il est autorisé (lire encadré).

«La pression est de plus en plus forte, confirme un organisateur de parties de poker de la région stéphanoise qui a reçu la visite des RG à son domicile. Il y avait vingt joueurs chez moi. Les mises étaient de 10 euros, plus 2 euros pour payer du jus d'orange. Rien de méchant. Mais visiblement, ils veulent faire un gros ménage.» A en croire la DCRG, cette contre-attaque n'est qu'une première étape, avant une offensive sur le Web. Car c'est là que se niche le gros business du poker.
Malte. Environ 400 sites permettent de jouer au poker devant son écran d'ordinateur armé de son seul numéro de carte Bleue. Ces sites sont basés à l'étranger (Malte, Angleterre), mais n'en demeurent pas moins hors la loi en France où la Française des jeux et le PMU jouissent du monopole des jeux et des paris en ligne. Les dirigeants des sites de poker ne sont donc pas à l'abri d'un coup de filet, fait savoir la DCRG, sur le modèle de l'arrestation spectaculaire des patrons de Bwin (société de paris en ligne) à Monaco il y a quelques mois. Mais avant cela, ce sont les «intermédiaires» qui vont trinquer.
Retape. Un amendement voté le 27 novembre par les députés (bientôt devant le Sénat) pénalise encore plus durement les publicités pour les sites de jeux en ligne qui arrosent les annonceurs pour attirer le joueur. Georges Djen, directeur de la publication de Live Poker, un des deux magazines de poker lancés ces derniers mois a été avisé la semaine dernière par les RG de l'interdiction de faire de la retape pour les sites de poker. «Il est évident que cette interdiction remettrait totalement en question notre modèle économique, déplore Georges Djen. On espère que le Sénat ne votera pas l'amendement... mais dans le cas contraire on se conformera à la loi.»

Autres victimes de ce tour de vis : les adresses Internet qui vivent en partie des liens vers les sites de jeu, mais aussi les chaînes de télé. La plupart des programmes de poker diffusés ont été rachetés par les sites de jeux, qui se font de la publicité via des incrustations à l'écran. ça aussi, c'est interdit.

Sources : Libé du 12/12
_____

Ils ne comprennent rien à rien tout simplement par le simple fait de vouloir appliquer la loi à la lettre.....


Fronk.
Réagir à cette news (1 commentaire) 
Aller à la page <  1, 2, 3 ... , 43, 44, 45  >

Exclusif : interview de Jhonnydeep
Notre membre éminent se met à nu grâce à isa60JM qui a su lui poser les bonnes questions !
  Interview de Jhonnydeep
Carte des casinos Poker !
Que tu soies en vacances à l'autre bout du monde ou chez toi, trouve le casino près de chez toi qui propose au moins une table de poker !!
Plus de 1700 casinos t'attendent !!!
  Carte des casinos Poker
Jeff Hwang : l'article !
Jeff Hwang est un joueur américain passionné de Omaha Pot Limit, et ça se voit en lisant son livre de référence sur cette variante en pleine explosion !

Lisez l'article d'un MPK qui a décortiqué son ouvrage remarquable rien que pour vous !
  Lire l'article et commander !
Antoine Saoult, revue de presse !
Antoiiiiine ! Le finaliste WSOP Main Event 2009 n'en finit pas de faire parler de lui, il passe "même" au JT de TF1 !

Voici la revue de presse pour mieux connaître son parcours. Comme quoi, il n'est pas arrivé à cette finale par hasard !
Antoine Saout WSOP 2009
  Lire la revue de presse
Challenge n°2 pour Boku87 !
Boku87 ? Il a réussi pour son premier challenge à passer de $100 à $10000 en 14 jours.
Aujourd'hui, il met la barre plus haute, et plus longue ! Objectif : passer de $5 à $100 000 en un an !
Début : le 15 juillet 2009. 15 jours plus tard il est déjà à... $8000 !
Boku87 Challenge
  Lire la suite
Interview de Simon Legouge
Simon Legouge Aka "SimEFP" est un jeune joueur online spécialisé dans le Cash Game Multitables.
Au mois d'avril dernier il a réalisé sa premier perf live lors du Malta Open Poker. Terminant à la 3eme place du 330€ THNL pour un gain de 5200€ ; L'occasion pour lui de faire sa première apparition télévisée avant le Chili Poker Cash Challenge.
Simon Legouge
  Lire l'interview de Simon Legouge
Comment jouer les as ?
Comment jouer la meilleure main du Texas Hold'em ? La paire d'As peut faire craquer bon nombre de joueurs, amateurs comme professionnels. Statistiquement, elle sort 0,45% du temps, soit une fois sur 220 mains. Comment jouer ces "Rockets" ?
Poker
  Lire l'article
Apprends à jouer au Badugi !
... et épate tes amis j'ai presque envie d'ajouter!
Le Badugi est un véritable raz de marée sur Pokerstars ! Ilest temps de rattraper le temps perdu et de s'y mettre !

Pour commencer les règles !
Clique ici pour découvrir les règles du Badugi
Dans la foulée, un peu de stats au Badugi ne fait de mal à personne ;)
Clique ici pour découvrir les statistiques du Badugi
Badugi sur Pokerstars
  Stratégie au Badugi
LORSON L'INTERVIEW
lorson ? C'est le MPK qui gagne le plus et qui le prouve !
Voici son interview exclusive. Il vous dévoile :
- sa stratégie au poker !!!
- comment emballer deux filles à la fois !
- comment se faire une bankroll avec quatre zéros rien qu'avec des freerolls !

Bref, lorson à poil dans cette interview !
  Interview de lorson
MPK shop warehouse !
Habille-toi 100% MPK et offre les tshirt MPK à tes amis !
  Boutique MPK
MPK + Michelin = nouveaux amis!
Mais où sont donc les MPK ?

Facile ! Clique sur "Géolocalisation" et la carte apparaît !!
Pour s'y ajouter, cours dans ton profil et clique sur le lien "Géolocalisation". Une fenêtre apparaît, il ne te reste plus qu'à renseigner où tu habites...
  Monpoker Géolocalisation
 


© 2014 - Poker | la communauté du poker en francais - forum de poker | Comparateur de rooms de poker - bonus poker